samedi 29 septembre 2012

« Centipede Hz » d'Animal Collective (2012)

    Un album décevant car par trop inégal. Il débute d'ailleurs par une chanson totalement anecdotique et assez horripilante : Moonjock. « Centipede Hz » est toutefois parcouru par quelques réussites : le single Today Supernatural, énergique en diable! Puis, et surtout Rosie Oh, superbe essai signé Panda Bear, tout à fait typique de ses meilleures compositions. Son talent mélodique est bien présent, au gré de ruptures harmoniques et d'une inventivité jamais prise en défaut. Une très belle chanson, peut-être la meilleure de l'album. Puis vient Applesauce, une jolie chanson signée Avey Tare. Wide Eyed s'ensuit. C'est une chanson de Deakin, assez laide, il faut bien le dire. Rien à voir avec la réussite Country Report, du mini album Keep. Father Time, d'Avey Tare est l'archétype de la chanson faible qui plombe un album. Totalement insipide et assez énervante avec son rythme bizarroïde. New Town Burnout est quant à elle typique des moins bonnes compositions de Panda Bear. Un rythme simpliste répété sans relâche, une voix elle aussi répétée à l'envie sur 2-3 hauteurs de notes. L'animal ne s'est pas foulé! On retrouve ses tics de composition hélas trop présents sur son album solo « Tomboy ». Monkey Riches est à peu de choses près du mauvais Avey Tare. Au contraire de Mercury Man, du plutôt bon Avey Tare cette fois.  Viennent ensuite deux chansons totalement anecdotiques chantées par Avey Tare : Pulleys et Amanita. En résumé, un opus bien plus faible que l'excellent « Merriweather Post Pavilion », ou le non moins excellent EP « Fall be kind ». Le groupe peine à se renouveler, ne surprend plus, et est clairement sur une pente descendante depuis le décevant « Oddsac », même si ses meilleures chansons restent bien au-dessus de la concurrence. Dommage.

[2/4]

mercredi 5 septembre 2012

« L'Île noire » d'Hergé (1938)

    Un excellent opus. Voilà l'exemple d'un album pleinement abouti, avec une intrigue poussée, mystérieuse, se dévoilant peu à peu, des personnages inoubliables, des dessins de belle facture, aux coloris fort appréciables. Bref un album de qualité à tous points de vue. « L'Île noire » possède une unité esthétique et scénaristique qui en fait un album qui se suffit à lui-même. Il y a quelques autres exemples de ce type dans les aventures de Tintin, c'est par exemple « Tintin en Amérique », « Le Sceptre d'Ottokar », « Tintin au pays de l'or noir », « L'Affaire Tournesol », « Tintin au Tibet »... Des albums remarquables. Ici, Tintin se fait tirer dessus alors qu'il tente d'en apprendre un peu plus sur un avion qui vient d'atterrir en catastrophe. Voilà qui le mènera au Royaume-Uni, et plus particulièrement en Écosse, où il découvrira l'Île noire, une île inquiétante, dont les rumeurs font état de son inhospitalité particulière. Tintin devra se débrouiller seul pour découvrir ce qui s'y trame, car à l'époque, pas encore de Capitaine Haddock ou de Professeur Tournesol. Il y a certes les Dupond et Dupont, mais pour qui les connaît, il n'est pas difficile de concevoir combien leur aide est toute relative... Un des grands (et beaux) albums de Tintin.

[4/4]

« L'Affaire Tournesol » d'Hergé (1956)

    « L'Affaire Tournesol » est un excellent album des aventures de Tintin. Bourré d'humour, nous réservant une intrigue haute en rebondissements, nous traverserons la Suisse pour pénétrer en territoire bordure, la dictature (soit la Bordurie, pays fictif) qui longe la Syldavie, son ennemi de toujours. « L'Affaire Tournesol » est une histoire d'espionnage. Une histoire palpitante entrecoupée de gags irrésistibles. Dessiné de main de maître, c'est un album à l'atmosphère particulière, mystérieuse, envoûtante : on découvre les ors d'un régime dictatorial qui par bien des aspects nous rappelle le nazisme, mais travesti avec humour, on assiste une fois de plus (voir « Le Sceptre d'Ottokar ») à la rivalité Bordurie/Syldavie, des phénomènes inexpliqués nous intriguent pendant un certain temps... Tout concourt à en faire un des meilleurs albums réalisés par Hergé.

[4/4]

« Le Crabe aux pinces d'or » d'Hergé (1941)

    Un marin est retrouvé mort. Sur lui : un bout de papier, sur lequel est griffonné Karaboudjan. Ce bout de papier provient de l'étiquette d'une boîte de crabe. Et voici que ce bout de papier arrive entre les mains de Tintin... Qui se lancera à la recherche de trafiquants d'opium et finira au Maroc, après avoir rencontré un singulier personnage : le fameux Capitaine Haddock, marin au long cours... un peu trop porté sur la bouteille. « Le Crabe aux pinces d'or » nous réserve donc de l'aventure, du mystère, la naissance d'une longue amitié, du dépaysement, de l'exotisme... C'est un album charnière des aventures de Tintin, puisqu'on y fait la connaissance d'un protagoniste qui sera de premier plan tout au long des 14 albums suivants. On y retrouve aussi des vieilles connaissances, pour le meilleur comme pour le pire. Le scénario du « Crabe aux pinces d'or » prend une fois de plus la forme d'une enquête, mais elle est trépidante et nous tient en haleine à mesure que l'on tourne les pages. Pari réussi donc, une fois de plus, pour Hergé qui nous livre là un album plein d'humour et de fantaisie.

[4/4]

mardi 4 septembre 2012

« Je vous salue Marie » de Jean-Luc Godard (1985)

    Dans ce patchwork d'images et de sons, seules quelques photogrammes sont beaux, quelques (très) rares interprètes ont la grâce. C'est bien peu. Le reste est vulgaire, incohérent, et surtout très laid. D'une modernité poussée au paroxysme, complètement désincarnée. Comme du sérialisme cinématographique raté, dans tous ce qu'il a de pompeux et d'inhumain. Dans tout ce qu'il a d'anti-cinématographique, par son jusqu'au-boutisme revendiqué. Ne parlons pas de toutes ces voix qui se télescopent, qui ne veulent plus rien dire, elles aussi d'une triste vulgarité. De la philosophie au rabais. Agrémentée de musique classique (Bach entre autres, rien que ça), de temps en temps poussée à fond. Des citations en veux-tu en voilà. Et Marie dans tout ça? L'Annonciation se fait sur le parking d'une station service. Marie joue au basket, elle se fout à poil (elle n'est pas la seule à se trimbaler nue on ne sais pourquoi d'ailleurs...). Joseph? Un rustre, un idiot pour tout dire. Une vraie tête à claques. L'univers de Jean-Luc Godard est peuplé de ces paumés qui fument, comme pour mieux passer leur temps alors qu'ils n'ont plus aucune étincelle de vie, et mieux se meurtir. L'art – mais peut-on encore parler d'art ? – de Jean-Luc Godard est complètement sclérosé. Il recycle de vieilles méthodes, n'a plus rien à dire, reformule des choses qu'il ne sait plus exprimer... Le néant. Ce film n'est même pas un film, il s'autodétruit sous nos yeux, il n'est même pas construit. C'est une suite d'essais, de bouts de pellicules sans aucun intérêt, avec de temps en temps une parole, un son, une image qui ressort. Et encore, je suis bien généreux. Que retenir de tout ça? Que l'on a perdu son temps, que Godard a gâché de la pellicule, qu'il ne reste plus rien de la Nouvelle Vague et que son héritage est mortifère (voir Desplechin, Honoré et tous ces réalisateurs dans une impasse). Zéro pointé.

[0/4]

lundi 3 septembre 2012

« Coke en stock » d'Hergé (1958)

    « Coke en stock » est plutôt un album de transition. On y croise des personnages récurrents des aventures de Tintin, que l'on retrouvera par la suite : le capitaine Haddock, le professeur Tournesol, Dupond et Dupont, mais aussi le général Alcazar, rencontré dans « L'Oreille cassée » et « Les 7 boules de cristal ». On fait aussi la rencontre de nouveaux personnages, tel que Szut, le pilote d'avion estonien. L'intrigue, elle, met un peut de temps à démarrer, on retrouve notre héros à Moulinsart, et Hergé se concentre un instant sur les facéties d'Abdallah, le fils de l'émir du Khemed, Ben Kalish Ezab (voir « L'Or noir »). De tous ces écheveaux, Hergé parvient à tisser le fil d'une intrigue qui mènera nos protagonistes en Arabie, où ils seront confrontés à l'esclavage humain et à divers trafics. Une intrigue, qui sans être passionnante, nous retiendra en haleine. L'humour omniprésent et la qualité du dessin en font un album réussi de plus à ajouter au compteur du dessinateur belge. Et comme toujours, notre jeune reporter Tintin se lancera à la défense des plus faibles, accompagné par son fidèle chien Milou et ses amis. Ne boudons pas notre plaisir : un album de Tintin, exceptionnel ou non, reste un excellent album de bande dessinée.

[2/4]

« Tango » d'Hugo Pratt (1985)

    « Tango » est la vingt-septième des aventures de Corto Maltese. L'intrigue se déroule au cœur de l'Argentine à Buenos Aires. Corto y revient après 15 ans d'absence, à la recherche de Louise Brookszowyc (personnage inspiré par la célèbre actrice et interprète de « Loulou », Louise Brooks). Il y retrouvera des amis : Fosforito Ramirez, Vasco Pinti, Esmeralda, El Gringo,... Mais il sera surtout confronté au crime : quelqu'un veut sa peau, il cherchera à découvrir qui. Qu'est ce que l'organisation Warsavia? Où est la fille de Louise? Qui tire les ficelles? Bien des questions se posent à notre ami aventurier. « Tango » est donc une enquête, celle de Corto Maltese, sur les traces de son amie. Sans briller par son originalité, le scénario est bien construit, sans temps mort. Il réserve même des moments de poésie, cette poésie inimitable qui caractérise l'œuvre de l'auteur italien, notamment les aventures de Corto. Le dessin est quant à lui toujours aussi remarquable, le noir et blanc est parfaitement maîtrisé, et ce style à moitié gauche sied toujours autant à notre gentilhomme de fortune. « Tango » ne compte pas parmi les meilleurs albums signés Hugo Pratt, mais il vaut tout de même la lecture!

[3/4]
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...