jeudi 28 août 2014

« L'Homme des Caraïbes » (Sven) d'Hugo Pratt (1979)

    « L'Homme des Caraïbes » est un vrai bon album d'Hugo Pratt, du moins tel que je l'entends. Il y a tous les ingrédients qui font ses meilleures aventures : un anti-héros sarcastique mais plus généreux qu'on ne le croit, des péripéties trépidantes, une révolution, de l'argent volé (faute de trésor), de la trahison, des rebondissements, un brin de mystère et un soupçon d'humour. Ajoutons un coup de crayon pas extraordinaire mais tout ce qu'il y a de plus honorable, et nous obtenons un agréable moment de lecture imagée. Seul regret : la relative brièveté de cette histoire, on aurait aimé la voir plus dense et plus complexe, pour mieux se dénouer à la fin. Mais ne boudons pas notre plaisir, tous les albums d'Hugo Pratt ne sont pas de cette teneur, alors mieux vaut s'en féliciter !

[3/4]

« À l'ouest de l'Eden » d'Hugo Pratt (1977)

    Au carrefour des religions et des croyances, « À l'Ouest de l'Eden » est une version moderne du mythe de Caïn et Abel, de ce meurtre fratricide qui ouvre les premières pages de la Bible. Et il faut bien le dire, Pratt a du talent : sa bande dessinée est terrifiante. Dans une ambiance d'une noirceur abyssale, les morts s'égrènent un à un sous les coups de feu d'un mystérieux vengeur. Le trait est somptueux, aride, sublimant un désert funeste d'où l'on ne réchappe pas vivant. Un bémol : le mélange d'influences de Pratt n'est pas encore imbuvable, mais presque. L'idée de revisiter le mythe sous les uniformes de l'armée britannique est génial. Mais certains personnages (dont Ève) tombent dans une bouillie ésotérico-chamanesque pas forcément du meilleur aloi. Dommage. Ceci dit, il s'agit bien d'un album réalisé de main de maître... auquel on sera en droit de préférer certains Corto Maltese et d'autres aventures d'Hugo Pratt plus... chaleureuses et humaines !

[2/4]

« Jésuite Joe » (Jesuit Joe) d'Hugo Pratt (1980)

    « Jésuite Joe » est visuellement superbe. Dans l'édition couleur, les teintes automnales éclatent et brillent de mille feux. De plus, le personnage éponyme (sorte de justicier sorti tout droit de l'enfer) est mystérieux à souhait, presque fascinant, quasi mutique (les premières pages sont extraordinaires, nimbées d'un silence élégiaque)... mais il est aussi violemment brutal. Et c'est là que le bât blesse : difficile de ressentir de la sympathie pour Joe. Il tire à la carabine et scalpe à tour de bras... C'est le côté nihiliste de Pratt qui ressort dans cette brève aventure. Et ce n'est pas le versant que je lui préfère. Il y a toutefois une pointe d'humanité dans le comportement de Joe, mais est-ce le hasard ? Un très léger brin de bonté qui complexifie le personnage, sorte de Corto Maltese au cœur calciné. Est-ce le fait que la version que j'ai eue entre les mains ne comporte pas la fin de l'histoire (semble-t-il) ? Je ne sais pas. En tout cas difficile de comprendre les motivations de Jésuite Joe, et le sens de ce récit... J'attends d'avoir une version complète, si elle existe, pour réviser (ou pas) mon jugement.

[2/4]

« Vous ne l'emporterez pas avec vous » (You Can't Take It With You) de Frank Capra (1938)

    « Vous ne l'emporterez pas avec vous » est une véritable explosion de joie et de fantaisie, un film réjouissant au possible, servi par d'excellents acteurs. Capra a le don de l'histoire qui fait mouche, du scénario intelligent qui rassemble les contraires et les préjugés pour mieux les défaire. Ici, il est question de deux familles qui s'opposent : les Vanderhof, dont le grand-père est un homme bon et affable, épris de liberté et d'amour pour son prochain, et les Kirby, dont le père est un homme d'affaire besogneux, cupide, égoïste et suffisant. Mr Kirby veut réaliser une opération commerciale qui mettra son concurrent sur la paille en achetant tout un lot d'habitations dans un quartier résidentiel, afin d'y construire des usines. Mais une petite maison le gène et résiste à son emprise... Celle des Vanderhof ! Sans compter que la petite fille de Mr Vanderhof est amoureuse du fils de Mr Kirby, et réciproquement... Bien évidemment, tous les ingrédients sont là pour promettre une comédie romantique haute en couleur et trépidante, mais ce qui fait tout son sel, c'est son arrière fond de critique sociale et de fable morale (sur la vacuité de l'argent-roi). Dans les mains d'un autre que Capra, ce serait soit mièvre soit raté, avec un humour qui tomberait à plat. Ici, tout est réussi, du moindre second rôle (l'hilarant russe aigri Kolenkhov) aux idées de mise en scène. Il faut dire que la troupe de Capra est excellente, James Stewart et Jean Arthur en tête, sans oublier le grand-père Vanderhof joué par Lionel Barrymore ou Edward Arnold, qui incarne le détestable Mr Kirby avec talent. Mais n'oublions pas la mise en scène de Capra, fluide et intelligente, audacieuse, sans parler du montage rythmé et impeccable. Tout est au diapason pour nous offrir une merveille de long métrage, frais, drôle et très original. Pourquoi ne sait-on plus faire de films comme ça de nos jours ? Quel dommage... Car ça ne demande pas de grands moyens... Juste de l'imagination et du cœur ! A croire que c'est ce qui fait le plus défaut aux cinéastes (du moins à beaucoup d'entre eux) et à l'Hollywood d'aujourd'hui.

[4/4]

mardi 19 août 2014

« Mû » d'Hugo Pratt (1992)

    Ultime aventure de Corto Maltese, « Mû » est, tout comme « Les Helvétiques », un long rêve halluciné. Et tout comme « Les Helvétiques », il s'agit pour moi d'un album en demi-teinte. Corto entre de plein pied dans le pays des songes, mais ces songes n'ont pas la même saveur, à mon goût, que ceux plus subtils des « Celtiques » et autres « Sous le signe du Capricorne ». Peut-être est-ce dû au « trop plein » d'onirisme : à forcer de vouloir mettre des templiers et des champignons hallucinogènes partout, et surtout à force de les croiser avec tout et n'importe quoi (ici l'Atlantide et le pays perdu de Mû), Hugo Pratt perd en crédibilité, et surtout cède à une certaine facilité. Il faut dire que j'entrevois une baisse de régime dans l’œuvre de l'Italien depuis « La Maison dorée de Samarkand », dernière grande aventure, et dernier véritable bon album d'Hugo Pratt. A mon sens, ce qui fait le sel de Corto Maltese, c'est ce mélange entre un contexte historique fort et trouble (la première moitié du XXème siècle), des personnages mystérieux et mémorables (Corto et les nombreux personnages secondaires, excepté Raspoutine, trop grossièrement écrit, surtout vers les derniers albums), de l'aventure, et une pointe (bien qu'indispensable et plus que bienvenue, mais je dis bien une pointe, pas une louche) d'onirisme et de poésie. Un mélange délicat, qui a fonctionné pendant plusieurs albums de choix, mais qui semble se faner à partir de « Tango »... Sous couvert d'onirisme, Pratt se fait plus trivial, et ses personnages n'ont plus grand chose à dire... On ne compte plus les invectives un peu vaines qui jouent d'un comique de répétition éculé... Ainsi, il y a beaucoup de cases qui s'écoulent sans intérêt dans « Mû », délayées dans un récit au flou artistique plus ou moins maîtrisé. Pour autant, quelques passages et quelques bonnes idées forcent le respect, et démontrent qu'Hugo Pratt est (ou fut) un grand de la bande dessinée. « Mû » n'est donc pas un grand album de BD, mais son originalité et la beauté du trait de Pratt en font tout de même un passage (initiatique ?) obligé pour qui s'intéresse au neuvième art.

[2/4]

lundi 11 août 2014

« Un jour sans fin » (Groundhog Day) d'Harold Ramis (1993)

    « Un jour sans fin », c'est avant tout un scénario original et surtout merveilleusement bien exploité. Imaginez : Phil Connors est un présentateur météo complètement désabusé. Et pour cause, comme chaque année depuis 3 ans, il doit aller couvrir le Jour de la marmotte (censée annoncer la venue du printemps) dans une bourgade reculée de Pennsylvanie, lui qui se croit si sûr de son grand talent. Imbu de lui même, aigri, il insupporte ses collègues, mais, en trainant les pieds, fait son reportage. Vient enfin le moment de repartir vers Pittsburgh, quelle délivrance ! Hélas, le matin il se réveille dans le même hôtel que la veille... et c'est une fois encore le Jour de la marmotte. Et ainsi de suite pendant des jours et des jours : il est condamné à revivre exactement la même journée, et à revivre les mêmes situations avec les mêmes personnes que la veille. La seule chose qui change, c'est que Phil est conscient de ce qui lui arrive (c'est bien le seul) et que la seule liberté qui lui reste, c'est de choisir de vivre tant bien que mal cette journée sans fin, de façon positive ou non. De là découle une réflexion philosophique plus subtile qu'il n'y paraît : Phil est bloqué sur cette journée, mais il peut en faire ce qu'il veut, selon qu'il voie le verre à moitié vide ou à moitié plein. Il peut s'enfoncer dans la dépression la plus noire, braquer une banque ou au contraire s'améliorer chaque jour pour conquérir le cœur de la belle Andie MacDowell. « Un jour sans fin » est donc un hymne à la vie dans ce qu'elle a de plus simple. Vous êtes sur Terre pour des années, mais qu'allez vous faire de ce temps qui vous est imparti ? Voilà la question toute simple et pourtant essentielle que nous pose ce film. Et il le fait d'une fort belle (et ingénieuse) manière.

[4/4]

jeudi 7 août 2014

« Terre des hommes » d'Antoine de Saint-Exupéry (1939)

    « Terre des hommes » est un livre somme, qui rassemble plusieurs aventures de l'auteur, Antoine de Saint-Exupéry, célèbre père du Petit Prince. Et de ces expériences hors du commun, se dégage en fait une quête spirituelle. Saint-Exupéry ne chante pas les merveilles de son avion, sa carlingue, ses ailes. Non. Il chante la beauté du monde, et surtout des hommes et des femmes qui le peuplent. La beauté d'une nuit passée à contempler les étoiles. La beauté de l'amitié humaine. La beauté du courage. L'aviation n'est qu'un moyen nous dit Saint-Ex. Un pont qui relie les hommes. La seule chose qui compte c'est l'amour. C'est ce bédouin qui sauve nos aviateurs tombés dans le désert, à la limite de la mort de soif et de faim. C'est Guillaumet, ce héros qui s'est écrasé dans les Andes, et qui, envers et contre tout, a marché, pour les siens, par responsabilité envers ceux qu'il aime, pour être sauvé. « Terre des hommes » est un livre somme, mais court, et d'une densité incroyable. Nulle place pour la pose ou l'affèterie. Le langage de Saint-Exupéry est simple, clair comme de l'eau de source, et surtout d'une beauté... Nul doute, c'est un poète. Son langage imagé fait mouche à chaque fois. Mais ce qui reste et qui demeure, qui imprègne tout le livre, c'est cette humanité de l'auteur. Sa propension à voir le bien et l'espoir dans les plus grandes difficultés, à rendre humain l'homme le plus humilié. Oui, « Terre des hommes » est un grand, grand livre. Et Saint-Exupéry l'un des plus grands auteurs du XXème siècle. Car lire ce livre (comme nombre de ses livres) vous grandit.

[4/4]

Citation du jeudi 7 août 2014

« Ce qui se transmettait ainsi de génération en génération, avec le lent progrès d'une croissance d'arbre, c'était la vie mais c'était aussi la conscience. Quelle mystérieuse ascension ! D'une lave en fusion, d'une pâte d'étoile, d'une cellule vivante germée par miracle nous sommes issus, et, peu à peu, nous nous sommes élevés jusqu'à écrire des cantates et à peser des voies lactées. »

Antoine de Saint-Exupéry
(Terre des hommes, 1939)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...