jeudi 30 août 2012

« L'Oreille cassée » d'Hergé (1937)

    « L'Oreille cassée » est le seul album avec la majeure partie du « Lotus Bleu » a n'avoir pas été redessiné. Il s'ensuit qu'esthétiquement parlant il est un peu gauche, et dénote un peu dans l'œuvre d'Hergé. Mais la qualité du scénario, comme toujours plein de rebondissements, en fait un album tout à fait estimable. Un fétiche Arumbaya a été dérobé au musée ethnographique de la ville, et Tintin se dépêche de se rendre sur place. Peu de temps après le fétiche réapparaît subitement au musée, à son emplacement d'origine. Mystère... D'autant qu'un certain Balthazar, peintre-sculpteur de son état, est retrouvé mort chez lui dans des circonstances étranges. N'y aurait-il pas un point commun entre ces deux histoires? C'est ce que Tintin se demande. Et le voilà qui se fera entraîner en Amérique du Sud, au San Theodoros, république instable sous la gouverne du général Tapioca, croisant des bandits de grand chemin, des révolutionnaires, des conspirateurs, le général Alcazar, haut en couleur, les fameux Arumbayas... Encore une histoire accomplie brillamment contée par Hergé, tantôt avec sérieux, tantôt avec humour. Fort appréciable.

[4/4]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...