dimanche 3 mars 2013

« October » de U2 (1981)

    La musique de U2 a progressivement perdu sa qualité (et il faut bien le dire son âme) à mesure que le groupe a gagné en influence sur la scène internationale. « October » n'est que le deuxième album du groupe irlandais, mais pourtant il est avec « War » (encore plus abouti, et parsemé de succès planétaires) à mon sens le meilleur album de U2. Empli d'un souffle et d'une spiritualité peu communs alors pour un groupe rock (encore plus aujourd'hui), « October » comporte d'excellentes chansons tout en restant homogène. Au premier rang desquelles Gloria, qui ouvre majestueusement l'album. Bono chante avec sincérité et exaltation le Seigneur, dans l'un des tous meilleurs titres de sa carrière. Les paroles sont merveilleuses... et l'on peut en dire de même pour le reste de l'album. S'ensuivent I Fall Dawn et I Threw a Brick Throuh a Window, de très bonnes chansons. Rejoice est énergique, et annonce Fire, l'un des sommets de l'album. La musique est envoûtante, à la fois menaçante et mystérieuse, tandis que les paroles sont empreintes d'une poésie presque apocalyptique. Tomorrow est une chanson plus apaisée et personnelle, dédiée à la mère, décédée, de Bono. October est elle aussi une chanson calme, mélancolique, avec peu de paroles, mais ô combien déchirante. With a Shout (Jerusalem), est tout comme Gloria une chanson exaltée, habitée par la voix de Bono, au texte ouvertement chrétien. Stranger in a Strange Land comporte quant à elle des paroles plus sombres, évoquant la solitude la plus noire. Scarlett est évanescente, diaphane, énigmatique. Is That All, enfin, clôt l'album avec panache, chantée toujours avec la même foi par Bono. « October » est donc un albums accompli, à la fois sincère, profond et contrasté. Et tout simplement beau.

[3/4]

13 commentaires:

  1. De la merdasse en boite, comme tout le rock et la pop d'hier et d'aujourd'hui.
    0/4.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tout aussi curieux de découvrir vos goûts musicaux. Que le rock et la pop ne trouvent pas grâce à vos yeux, je le conçois sans peine tant sont rares les opus de qualité relevant de ces catégories musicales. Néanmoins je trouve que quelques uns valent le détour, sans arriver toutefois à la cheville de bien des œuvres dites classiques ou savantes.

    RépondreSupprimer
  3. Mon jugement est peut être excessif, mais en effet je préfère la musique dite sérieuse. Par contre je place les arnaques comme Boulez et consorts bien plus bas que la pop. Par contre, je trouve que le manque de recherche dans cette musique sincère mais trop bâclée qu'est la pop, ou le rock, est rédhibitoire. On dirait que les gueules, les paroles, le charisme des voix prennent le pas sur la musique elle-même, trop répétitive. On n'a pas le travail d'orfèvre de Ravel, ou de Stravinsky ou chaque note est pesée, ciselée, pensée en temps que note.
    Bref, trop de démagogie dans la pop, le rock. Et puis les paroles sont parfois niaises et les voix rauques et mal dégrossies des rockeurs me conviennent peu.

    U.

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien une fois de plus je vous rejoins. La pop ne parvient pas à se hisser à la hauteur de la musique que vous qualifiez de sérieuse. Les paroles, en effet, son souvent bâclées, et l'attention portée à la musique est toute relative. Néanmoins, cela vaut mieux dans certains cas que Boulez, là aussi je vous l'accorde. La musique sérielle me semble être une impasse. Des œuvres de qualité ont été créées, mais on ne peut pas y voir l'avenir de la musique.

    J'aime beaucoup Ravel, mais je lui préfère Debussy, plus chaleureux : Ravel est un peu froid et glacial, peut-être trop méticuleux, trop « horloger » à mon goût. Il lui manque quelque chose.

    Stravinsky est un grand compositeur, que j'apprécie beaucoup.
    Récemment j'ai découvert Arvo Pärt, c'est magnifique. Et je me suis plongé dans la musique du Moyen-Âge et de la Renaissance : Léonin, Pérotin, Philippe de Vitry, Guillaume de Machaut, Guillaume Dufay, Josquin des Prés...

    RépondreSupprimer
  5. Ce qui explique votre pseudo (si c'en est un). Ecoutez la Valse de Ravel, vous changerez d'avis.
    De Debussy, connaissez vous le ballet "Jeux", son oeuvre la plus passionnante, mais méconnue.
    J'ai beaucoup étudié Machaut il y a bien longtemps...
    Arvo Part me semble très répétitif.

    RépondreSupprimer
  6. C'est en effet un pseudonyme. De Bussy pour Claude, et Arthur pour Rimbaud, mais depuis j'ai délaissé sa poésie :-)...

    Je ne connais pas le ballet Jeux, je prends note (je l'ai dans ma bibliothèque). Quant à la Valse, je crains de ne pas l'apprécier à sa juste valeur. J'admire l'élégance du style de Ravel, mais sa musique me laisse parfois de marbre. Toutefois j'aime beaucoup ses trois chansons, ainsi que L'Enfant et les Sortilèges. Connaissez-vous Le Martyre de Saint Sébastien de Debussy ? Remarquable ne trouvez-vous pas ?

    Vous avez fait des études musicales ?

    Sinon je vous l'accorde, le gros défaut de Pärt est son goût pour la répétition, qui anémie sensiblement son œuvre. Je crains de m'en lasser... Néanmoins, je lui trouve une profondeur et une force harmonique, dans son dénuement, qui me réjouissent.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai étudié la musique du Moyen Age au Conservatoire de Paris même si ma formation est pianistique à la base. Jusqu'à ma retraite j'ai été professeur de piano en province- pas de tournées mondiales hélas.....

    Je connais bien sûr le Martyre, peut-être un peu inégal mais magnifique. Je me suis replongé dans ses Etudes pour piano. Je trouve à Ravel plus de profondeur, écoutez donc son concerto pour la main gauche, d'une puissance inégalée (d'une difficulté inégalée aussi, je parle en connaissance de cause)

    Je me passionne pour Alfredo Casella, compositeur italien peu connu, ainsi que pour Leos Janacek, dont les opéras sont parfois donnés à Paris. Parmi les modernes, Ligeti est très intéressant.

    RépondreSupprimer
  8. Il est vrai que la musique de Debussy est plus sensuelle que celle de Ravel, plus grave quant à elle (du moins à mon sens).

    Je vais écouter attentivement son concerto pour la main gauche.

    Je prends note des artistes que vous citez.

    RépondreSupprimer
  9. D'autres compositeurs français de l'époque sont moins connus et valent le détour: Jacques Ibert, Gabriel Fauré, etc.....

    RépondreSupprimer
  10. Je ne connaissais pas Ibert. En revanche j'aime beaucoup Fauré.

    RépondreSupprimer
  11. J'en profite pour vous poser une question : pensez-vous que je puisse encore apprendre le piano à 24 ans ? J'ai des bases en solfège (7-8 ans), qu'il me faudrait bien sûr consolider.

    RépondreSupprimer
  12. Je pense que le seul problème quand on commence le piano tard est la patience.
    Si vous pensez avoir la patience nécessaire, alors vous pouvez apprendre le piano à 20, 30, 40 ans.
    Je connais des personnes ayant appris le piano sur le tard et qui voulaient avancer trop vite, rattraper le temps "perdu", c'est à dire faire 10 ans de piano en 1. Ces personnes se découragent vite. Ne vous laissez pas déstabiliser si vous comptez apprendre le piano à 24 ans, par de plus jeunes pianistes qui parfois joueront bien, voire très bien. Ayez une volonté de fer. Je parle en connaissance de cause car j'ai enseigné à des personnes dans votre cas qui voulaient jouer tout tout de suite, ce qui n'est hélas possible pour personne, même pour les plus grands pianistes.

    Exercez vous un métier ou êtes vous encore étudiant?

    RépondreSupprimer
  13. Les deux : je suis en master 2 (ce sera ma dernière année d'études) et en alternance, je suis donc salarié et travaille 3 semaines sur un mois en entreprise jusqu'au 30 septembre 2013.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...