jeudi 23 mai 2013

« Achik Kerib, conte d'un poète amoureux » (Ashugi Qaribi) de Sergeï Paradjanov et Dodo Abachidzé (1988)

    « Achik Kerib » est peut-être l'un des films les plus dépouillés de Paradjanov, faute d'argent semble-t-il, et pourtant c'est une fois de plus une œuvre d'une grande richesse visuelle. Le cinéaste arménien n'a pas son pareil pour se jouer des contraintes matérielles, et c'est en cela que c'est un grand artiste : il parvient à suggérer les choses les plus subtiles avec une grande économie de moyens. Mais cette économie ne signifie pas pauvreté visuelle, au contraire : toujours aussi exubérant, il joue avec les couleurs avec un talent rare, les costumes évoluant du noir au blanc, en passant par toutes les teintes, au fur et à mesure du temps qui s'écoule. De plus, il figure l'onirisme le plus pur avec une mise en scène astucieuse, qui n'enlève rien à la magie de ce qu'il filme! En fait, on croit au cinéma de Paradjanov, peut importe qu'un paquebot passe en arrière plan de « La Légende de la forteresse de Souram » ou qu'on entende ici les personnages parler sans qu'ils remuent les lèvres (leur voix étant post-synchronisée)... Ces détails ajoutent même au charme des longs métrages de l'artiste hors pair qu'est Paradjanov. Car l'on retrouve bien dans « Achik Kerib » son talent pour la composition de l'image, pour la mise en scène baroque, pour les histoires d'amour et les contes du Caucase. Le récit est encore plus elliptique que celui de « La Légende de la forteresse de Souram », et sans doute le film est-il moins impressionnant visuellement que ce dernier et « Sayat Nova », voire même que « Les Chevaux de feu ». Pour autant, il s'agit bien de l'un des sommets du septième art, et j'invite les novices comme les amateurs du cinéaste à découvrir son ultime long métrage, dédié qui plus est à son fidèle ami Andreï Tarkovski, autre maître du cinéma.

[4/4]

2 commentaires:

  1. Question: c'était la photo de qui sur votre profil allociné avant?

    RépondreSupprimer
  2. La toute dernière est celle du maître Carl Theodor Dreyer, le plus grand cinéaste danois, et avec Tarkovski, l'un des 2 ou 3 plus grands de toute l'histoire du cinéma, selon mon humble avis. Peu ou prou celle-là :

    http://image.toutlecine.com/photos/d/r/e/dreyer-carl-theodor-01--g.jpg

    Auparavant, c'était celle de Robert Bresson, autre grand réalisateur :

    http://4.bp.blogspot.com/-I6pssKpRsig/Tb2cka5zjtI/AAAAAAAACJA/9GA6EQ2feFs/s1600/s_aec04_-_cm_-_robert_bresson_-_1_-_92.jpg

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...