dimanche 27 décembre 2015

« Astérix chez les Pictes » de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri (2013)

    Les « grandes » séries de bande dessinée reprises par de nouveaux auteurs sont légions aujourd'hui. Et peu, très peu ont échappées au massacre... Alix, Blake et Mortimer, Corto Maltese et bien d'autres ne sont plus que l'ombre d'un âge d'or désormais révolu. Pire, leurs créateurs doivent se retourner dans leur tombe. Et Astérix ? Le cas de figure est différent. La série a sombré du vivant de son co-créateur, lorsque Albert Uderzo a décidé de reprendre seul les rênes, prenant la place du regretté et génial René Goscinny pour le scénario. Depuis lors se sont enchainés les pires albums de la série... Pour finir dans une apothéose de mauvais goût et de médiocrité insondable avec le désolant « Le ciel lui tombe sur la tête »... A vrai dire, plus personne (et moi encore moins) n'attendait quoique ce soit d'Astérix et Obélix. Quand j'ai ouvert « Astérix chez les Pictes », je m'attendais à feuilleter quelque chose de fade et de mauvais. Eh bien non. Dès la première vignette, on est en terrain connu : on retrouve nos gaulois bagarreurs et irascibles, ainsi que les jeux de mots à l'emporte pièce qui font le charme de la série. Le trait est bluffant : on croirait que tout a été dessiné par Uderzo... Bien sûr j'ai décelé quelques maladresses au niveau du dessin (le visage de Bonemine notamment), mais sur ce plan rien à redire. Quant au scénario, on retrouve la structure des albums de la grande époque : une vraie histoire qui sert de prétexte à des gags d'une récurrence métronomique. Certains sont vraiment très drôles ! Je ne pensais pas dire ça d'un album post-Goscinny... Par contre je regrette certains passages et personnages un peu mièvres (notamment certains personnages non humains, les lecteurs me comprendront), qui dénaturent un peu l'ensemble. Goscinny nous avait habitué à un humour plus subtil que cela ! Et les fameux noms de personnages / jeux de mots ont beau être bien vus, ils sont inintelligibles ou presque : il faut les lire 3 ou 4 fois de suite à haute voix pour tenter de comprendre le jeu de mot... Malgré ces quelques réserves, j'ai vraiment passé un bon moment en lisant cet album, et je pense qu'Uderzo a pris la meilleure décision de sa vie depuis 30 ans en décidant de passer la main au duo de repreneurs actuels. Pour moi, cet album égale aisément les meilleurs albums de l'ère Uderzo, à savoir « L'Odyssée d'Astérix » et « Le Grand Fossé ». Par contre, il leur faudra encore du travail pour égaler les meilleurs albums signés Goscinny au scénario. Mais s'ils continuent sur leur lancée, je ne désespère pas qu'un jour ils y arrivent.

[3/4]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...