jeudi 21 juillet 2011

«Sandra» (Vaghe stelle dell'Orsa) de Luchino Visconti (1965)

Je crois bien que je suis en train de me réconcilier un peu avec Visconti. Je n’ai jamais été un adepte du classicisme et de l’académisme de la mise en scène du cinéaste italien, ni de son penchant pour la tragédie grand spectacle et les grandes fresques historiques. Mais après la découverte de «La Terra trema» et de «Le Notti bianche», puis désormais de ce chef d’œuvre qu’est «Vaghe stelle dell’Orsa», Visconti remonte sérieusement dans mon estime. «Vaghe stelle dell’Orsa», donc, est probablement la tragédie la plus intimiste de Visconti, un film d’une remarquable sensibilité. Réalisé avec une économie de moyens qui s’avère salutaire et bénéfique, nous épargnant ces scènes grandioses visant beaucoup plus le spectaculaire que l’émotion, le film s’inspire de la mythologie familiale des Atrides et retranscrit admirablement l’essence de la tragédie grecque. Le style classique du metteur en scène est ici parfaitement adapté à la pudeur et à la délicatesse qu’imposait la thématique du film, l’inceste, évitant tous les sentiments faciles et les tentations au pathos que pouvait appeler ce sujet. Porté par une caméra mobile et très proche des personnages, avec une utilisation intelligente et pertinente du zoom rapide, le film touche au cœur du drame intime des personnages, avec une finesse de l’émotion que l’on ne retrouvera malheureusement dans aucun autre film du cinéaste. Cette réussite totale doit grandement à l’excellent niveau de l’interprétation, avec certainement la plus belle prestation de Claudia Cardinale, qui parvient à donner une ambigüité fascinante à son personnage. On peut ainsi louer l’étrange gestuelle de la comédienne et la richesse des multiples expressions de son visage, soulignées par un maquillage remarquable, reproduisant parfaitement l’image de la statuaire grecque. On relèvera également la qualité du noir et blanc et de la photographie, avec un superbe travail sur la lumière, les ombres et les contrastes. Le cinéaste, contrairement à ses habitudes, délivre ici un film condensé (une durée de 1h45 assez inhabituelle chez Visconti), abrupt, d’une noirceur saisissante laissant échapper un magnifique rayon de lumière lors de la superbe séquence finale. «Vague stelle dell’Orsa» est à mon sens le film le plus juste de Visconti, celui ou son art de la tragédie est le mieux maîtrisé grâce à une sobriété de la réalisation qui fera défaut à ses films ultérieurs (pour ceux que j’ai vus). Le chef d’œuvre méconnu du cinéaste, à découvrir impérativement.

[4/4]

6 commentaires:

  1. Il me tarde de découvrir ce film! Est-il sorti en DVD?

    RépondreSupprimer
  2. Tu peux te procurer l'édition DVD italienne, avec sous-titres anglais. C'est Anaxagore qui m'avait donné le tuyau. Le film en vaut la peine.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne peux que me répéter: le plus grand film de Visconti ... Le seul où il échappe totalement à toute une série de lourdeurs qui me pèsent dans ses autres films.

    Figurez-vous, pour l'anecdote, que je passe quelques jours de vacance en Toscane et que j'ai visité avant hier Volterra ainsi que le Palazzo Viti où le film a été tourné ... Et je confirme ce que dit Max6m, je possède le film dans une édition italienne sous-titrée en anglais.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, et je te remercie d'ailleurs puisque c'est grâce à toi que j'ai découvert ce film.

    Ah la Toscane!... Superbe! Un délice pour les yeux...et les papilles (j'ai un souvenir ému de la gastronomie de cet endroit). Je ne connais pas Volterra par contre...tiens, une bonne idée pour cet été!

    Bonnes vacances.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour l'info! Et bonnes vacances Anaxagore, profitez bien de l'Italie et je l'espère du beau temps, car à Paris c'est l'automne...

    RépondreSupprimer
  6. Ca y est, c'est décidé, direction le Chianti au mois d'août!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...