mercredi 5 septembre 2012

« L'Île noire » d'Hergé (1938)

    Un excellent opus. Voilà l'exemple d'un album pleinement abouti, avec une intrigue poussée, mystérieuse, se dévoilant peu à peu, des personnages inoubliables, des dessins de belle facture, aux coloris fort appréciables. Bref un album de qualité à tous points de vue. « L'Île noire » possède une unité esthétique et scénaristique qui en fait un album qui se suffit à lui-même. Il y a quelques autres exemples de ce type dans les aventures de Tintin, c'est par exemple « Tintin en Amérique », « Le Sceptre d'Ottokar », « Tintin au pays de l'or noir », « L'Affaire Tournesol », « Tintin au Tibet »... Des albums remarquables. Ici, Tintin se fait tirer dessus alors qu'il tente d'en apprendre un peu plus sur un avion qui vient d'atterrir en catastrophe. Voilà qui le mènera au Royaume-Uni, et plus particulièrement en Écosse, où il découvrira l'Île noire, une île inquiétante, dont les rumeurs font état de son inhospitalité particulière. Tintin devra se débrouiller seul pour découvrir ce qui s'y trame, car à l'époque, pas encore de Capitaine Haddock ou de Professeur Tournesol. Il y a certes les Dupond et Dupont, mais pour qui les connaît, il n'est pas difficile de concevoir combien leur aide est toute relative... Un des grands (et beaux) albums de Tintin.

[4/4]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...